Cultivons l’esprit de paix et de résistance

Publié le Mis à jour le

null    Après l’attentat de Nice lors de la fête nationale française, voici que le père Jacques Hamel vient de mourir en martyr à St Etienne du Rouvray. Les rédactions de Saphirnews et Salamnews, médias musulmans bien connus, ont souhaité lancer une initiative invitant à s’unir face à ces drames afin de poursuivre les efforts en vue de construire la paix. Voici le texte de cet appel que chacun peut signer en ligne :

Le rêve de Pharaon

Publié le Mis à jour le

Monstre.jpg   Avant d’explorer plus avant la question de la rhétorique sémitique abordée dans l’article précédent, venons-en aujourd’hui à ce rêve de Pharaon dont l’interprétation fera basculer le destin de Joseph. 

Rhétorique Sémitique et Coran

Publié le Mis à jour le

Monstre.jpg   Après une semaine mouvementée pour ce blog, puisqu’il a été contraint de changer une nouvelle fois d’hébergeur, reprenons nos lectures croisées entre Bible et Coran. Dans le billet précédent, nous penchant sur le moment où Joseph, emprisonné, se fait l’interprète des rêves de ses compagnons de captivité, nous avions constaté qu’à l’exception d’une légère divergence dans l’ordre des événements, Bible et Coran nous contaient le même récit, le Coran se montrant simplement d’une extrême concision. Nous avions cependant évoqué une différence importante au cœur du récit coranique ; il est temps de l’examiner plus en détail. 

L’interprète des rêves

Publié le Mis à jour le

Monstre.jpg   Après avoir laissé de côté pendant quelques années cette démarche, ce blog renoue aujourd’hui avec une lecture croisée entre récits bibliques et coraniques, pour une raison qui sera explicitée dans un prochain article. Auparavant, il est temps de traiter de l’épisode central de la vie de Joseph, qui avait justifié notre intérêt suite à un billet traitant de la place des songes en Islam : l’épisode où Joseph, emprisonné, se fait l’interprète des rêves de plusieurs personnes.

Voyage du pape François en Centrafrique

Publié le Mis à jour le

   Le pape François vient d’aller en Centrafrique, pays déchiré par un conflit que de nombreuses personnes ont voulu transformer en conflit islamo-chrétien, alors qu’il s’agit initialement d’une problématique bien différente, comme le rappelait il y a deux ans l’archevêque de Bangui. Beaucoup de choses seraient à retenir des déclarations du pape ; nous nous contenterons ici d’en retenir, selon la ligne éditoriale de ce blog, ce qui concerne le dialogue oecuménique et interreligieux. Des propos d’une grande importance, car ayant été tenus face à des personnes vivant la réalité d’un conflit où sont instrumentalisées les identités « musulmanes » et « chrétiennes » ; un drame qui devrait être une mise en garde pour tout ceux qui, en France, veulent faire de même.

Nous sommes unis !

Publié le Mis à jour le

null    Le drame qui vient de frapper Paris touche tout le monde. Une commune douleur unit les proches des victimes, qu’elles soient françaises, anglaises, algériennes, tunisiennes, chiliennes, italiennes… M’étant déjà exprimé à titre personnel sur un autre blog, je partage aujourd’hui cette tribune collective initiée par l’association Coexister. Face au terrorisme qui vise à diviser, il faut savoir réaffirmer notre unité :

Le Coran et la Science ?

Publié le Mis à jour le

Ghazal   Reprenons aujourd’hui notre lecture d’Al-Ghazâlî, dont nous avons déjà pu découvrir l’itinéraire spirituel, ainsi que le point de vue sur des thèmes aussi divers que la shahâda, le mariage, les polémistes, le renoncement… Alors que le monde musulman est aujourd’hui sensible aux trompeuses sirènes du concordisme -comme le furent bien des chrétiens au XIXe- il est intéressant de redécouvrir ces mises en garde issues d’une époque où l’on pratiquait l’exercice inverse : nier certaines conclusions scientifiques au nom des écritures que l’on considère saintes. Alors que ces écritures n’ont jamais eu la science pour objet. Et que croire le contraire en arrive à conditionner leur validité aux conclusions scientifiques… et donc à en ruiner l’autorité.