Le Pape François au Bangladesh

Publié le Mis à jour le

   Alors que les médias internationaux se soucient enfin du sort des Rohingya en Birmanie, le pape François vient d’effectuer un voyage dans ce pays, ainsi qu’au Bangladesh. L’occasion pour lui de rappeler l’importance du dialogue interreligieux pour une meilleure collaboration entre artisans de Paix.
Publicités

Le pape François en Egypte

Publié le Mis à jour le

   Dans un contexte égyptien marqué aussi bien par les récentes avancées de l’université Al Azhar sur les questions de citoyenneté et vivre ensemble que par le drame de ces nouveaux attentats venus endeuiller les chrétiens coptes, le pape François vient d’effectuer un voyage de deux jours en Egypte. Deux journées traitant des questions interreligieuses, comme nous allons pouvoir le constater dans les extraits suivants.

Citoyenneté et Vivre-ensemble

Publié le

null     Le grand imam d’Al Azhar, université égyptienne qui fut longtemps une référence dans le sunnisme, avait fait en janvier dernier une intervention télévisée remarquée, en déclarant que la dhimma devait aujourd’hui être considérée comme anachronique. Une déclaration qui n’a pas été sans lendemain, puisqu’un colloque de deux jours, réunissant musulmans et chrétiens arabes, vient de se tenir au Caire. Une déclaration commune a été adoptée, que nous reprenons ici dans sa traduction officielle en choisissant d’en mettre en valeur certains passages :

Première coexistence islamo-chrétienne

Publié le

null   Revenons une dernière fois vers Jacob d’Edesse, ce chrétien qui fut témoin des premières relations entre chrétiens et musulmans suite aux conquêtes musulmanes. Nous l’avons vu se référer aux musulmans alors qu’il répondait à des question sur l’origine du Messie ou l’orientation de la prière ; mais à travers des questions très pratiques, voyons maintenant comment s’installa la première coexistence entre musulmans et chrétiens.

Quelle direction pour prier ?

Publié le Mis à jour le

null   Jacob d’Edesse, né lors des premières conquêtes musulmanes, fut un témoin privilégié des premiers temps de l’Islam. Après nous être penché sur l’origine davidique du Messie, point commun qu’il relevait au sein des croyances des chrétiens, juifs et musulmans, tournons-nous aujourd’hui vers une question qui fut soulevée à l’époque du fait de la diversité des pratiques entre ces trois religions : celle de l’orientation de la prière.

Le Messie fils de David

Publié le Mis à jour le

null    « Cet Evangile, que Dieu avait promis  (…) concerne son Fils qui, selon la chair, est né de la descendance de David » (Rm I, 1.3) : telle était cette année l’épître du quatrième dimanche de l’Avent. Alors que Noël approche, penchons-nous sur cet aspect du Messie attendu. Après avoir donné à lire ce que Bible et Coran nous disent de la Nativité, après avoir examiné le très fréquent  malentendu sur le « Fils Unique Engendré », renouons aujourd’hui avec notre rubrique dédiée aux chrétiens orientaux en nous tournant vers un passage d’une lettre de Jacob d’Edesse où il nous parle de ce point commun entre « mahométans » (selon la traduction de François Nau) et chrétiens qu’est la commune croyance en Jésus comme Messie fils de David  sans pour autant nier les divergences (St Jean Damascène reviendra d’ailleurs sur la question du Verbe de Dieu) :

Chroniques judiciaires (10) : M’Barka Mint Essatim

Publié le Mis à jour le

null   Alors que l’anthropologue musulman Malek Chebel vient de nous quitter, s’ouvre en Mauritanie le procès en appel de 13 militants anti-esclavagistes. En hommage au chercheur décédé, penchons-nous sur un sujet qui lui tenait à coeur, comme il nous le disait en introduction à son ouvrage sur la question de l’esclavage en Islam. Selon la démarche entreprise dans cette rubrique, nous aborderons le sujet en prenant l’exemple d’une personne concrète, afin d’éviter que l’étude des arguments ne se fasse au détriment de la réalité. Mais qu’il soit évident à chacun qu’un billet de blog ne saurait à lui seul envisager tous les aspects de ce vaste problème.